Quelques cartes postales ...

j'ai parfois envie de laisser une trace de ma vie, sur la vie. Photos, textes, coup de cœur, colère, joie, printemps, été, automne, hiver, seront mes cartes postales à venir.

05 août 2010

« Le Jasmin des poètes »...

J’aime particulièrement le parfum du Seringat ou Seringas, c’est un enchanteur aux fragrances envoûtantes de fleurs d’oranger et de jasmin.

Seringas Philadelphus coronarius… « Le Jasmin des poètes » … je trouve tellement romantique !

Ptolémée II, Roi d’Egypte, portait le joli surnom de Philadelphus …Il a été le premier à être sacré pharaon par Horus, l’un des plus ancien Dieu d’Egypte. J’ai aimé le lien avec Ptolémée II et surtout l’histoire de Horus.Ce dernier est le dieu Faucon, son nom signifie « Celui qui est au-dessus ou Celui qui est lointain. » Horus est le faucon céleste dont l’œil droit est le soleil et l’œil gauche la lune.

En parcourant la toile, j’ai appris que l’on fabriquait des seringues à l'aide des tiges de cet arbuste après les avoir évidé de leur moelle…

S_parateur

La provence est actuellement desséchée à la fois par les grosses chaleurs que nous avons eues depuis fin juin, puis, par le mistral qui a pris la relève depuis quelques jours. Tout est jaune paille et appelle la pluie, la vraie, celle qui rafraîchie le fond de l’air. Certes, nous pouvons à présent « respirer », mais en bonne « ronchonchon », je rêve de retrouver le joli mois de mai, celui où je suis née…

Je vous propose avec ces trois photos de faire un retour sur saison, le printemps en été, des cartes postales que j’ai ressortie avec plaisir.

_c__LNK_seringat_1

_c__LNK_seringat_2

Ce jour-là, le mistral soufflait encore et  toujours, vous avez donc ma main en prime. Obligé de tenir la branche pour arriver à prendre la photo… un équilibre précaire pour un clic !

_c__LNK_seringat_3


23 juillet 2010

« Curieux en liberté »...

- Plaît-il ? Quelqu’un m’appelle ? Attendez ! Je me rapproche…

Bonjour Mademoiselle !

Je tiens mes distances, mais ce n’est pas parce que j’ai peur de vous, bien au contraire. D’ailleurs, j’ai entendu depuis longtemps vos pas légers sur le chemin alors que vous étiez encore bien loin.

Si j’aime la liberté et j’ai la chance d'en profiter, je ne refuse jamais la conversation surtout lorsque c’est en charmante compagnie.

Dites-moi, je suis de nature curieuse, comment se fait-il que vous soyez venue vous perdre si loin dans la campagne ?

- Une promenade au hasard des routes, pour le plaisir de respirer la liberté que j’aime autant que vous « Monsieur le curieux ». J’ai ouï dire qu’il y avait d’autres chevaux sur ces terres, pourriez-vous me diriger ?

Ce n’est pas très compliqué. Un peu plus loin sur votre gauche il y a un petit pont de chemin de fer, vous passez dessous et vous tomberez droit dessus. Vous ne pouvez le manquer, il y a un panneau en lieu et place.

- Merci ! Je continue ma route, bonne journée et au plaisir de nous revoir !

***

Après avoir suivi les consignes de mon guide « en liberté », j’aperçus en effet l’écriteau…

et les chevaux…

C’est à ce moment-là, que je regrettais de ne pas avoir un appareil plus perfectionné. Il m’aurait permis d’avoir une vision plus précise et surtout plus proche des cousins de « Curieux en liberté ».

Même loin, je pus entendre l’exclamation d’un beau cheval blanc …

- Je crois que l’on a de la visite ! Ah non ! Ce n’est qu’une promeneuse qui a dû se perdre, elle n’a pas la tête à vouloir faire un tour de manège…mais plutôt à lire un bouquin !

© LNK

Posté par liberte2 à 12:10 - Mes écrits - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 juillet 2010

« Papillon » à la recherche de la fleur sacrée…

Bien avant de passer chenille à papillon, encore dans le ventre de ma mère, je savais qu’il me faudrait la trouver.

Qui ? Mais la fleur sacrée bien sûr !

Lorsque je suis arrivée sur les lieux, je n’ai aperçu que des cœurs desséchés par le soleil. Je cherchais pourtant avec attention, toutes mes antennes en alerte, celle qui saurait m’apporter cette saveur sucrée. Notre confrérie ailée considère le suc de la fleur sacrée comme un élixir rare et aux mille vertus.

Enfin, en voilà une…

Puis deux…

Si je me déplaçais ? Voilà, ainsi je suis calé plus confortablement.

Je crois que celle-ci sera la dernière…

_c__LNK_juin_2010papillon4

C’est ainsi que je partis voleter vers d’autres cieux, heureux d’avoir trouvé quelques-unes de ces « belles » aux pétales roses et fragiles, au goût subtil et raffiné.

© LNK

Posté par liberte2 à 16:40 - Mes écrits - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 juin 2010

Conversation « chevaline » …

- Hé les gars, je vois arriver quelqu’un… je crois bien que nos amis nous ont oubliés aujourd’hui.

- Toni et Manuel ont trop fait la fête hier soir. Tu n’as pas entendu les guitares qui s’interpellaient de l’un à l’autre des musiciens ? Tous les deux ne sont jamais en reste pour danser et faire les yeux doux aux filles !

- Le camp est calme, ils sont tous dans leur roulotte en train de dormir. Je commence à avoir sérieusement un creux, pas toi ?

- Je ne crois pas que ça soit cette nouvelle venue qui va nous emmener prendre notre petit déjeuner ! J’attends qu’elle approche et je lui cause…

- Hola, la belle ! Seriez-vous notre nouveau guide pour le repas du jour ?

- Hola ! Je suis au regret de n’être qu’une passante en promenade. J’ai vu Bob le chien juste à côté, il m’a fait très peur ! Heureusement nous avons fait connaissance, il est charmant.

- Ah oui… c’est un brave gars qui est censé assurer notre sécurité. Il impressionne, mais il n’est pas méchant pour deux sous. Lui aussi doit être impatient de retrouver sa liberté et finir sa garde de nuit !

***

- Au lieu de faire le charmeur, tu ferais mieux de demander à la p’tite dame d’aller réveiller les vieux puisque les jeunes nous ont oubliés ! J’ai la dalle au point que je croquerai bien un morceau du cuissot de Bob ! Je sais, je sais, je suis végétarien…

- Alors M’dame, vous allez leur dire que le p’tit déj’ à comme l’horizon ?

- Je ne garantis rien, promis si je rencontre une âme charitable à l’écoute, je lui ferai part de votre demande insistante.

***

- Vous fatiguez pas les gars, vous voyez bien que la p’tite est morte de trouille. Elle se demande ce que nous, bande de vieux ronchons, avons à l’interpeller de la sorte.

Passez votre chemin Manzelle... vous êtes bien mignonne de nous avoir prêté attention, continuez donc votre promenade ! Mes amis savent très bien que nous sommes dimanche, l’heure du transfert vers notre « restaurant » est toujours décalée.

Bien le bonjour chez vous !

***

Ne sachant que répondre à ce cheval qui m’avait l’air d’être le plus sage de tous, je continuais ma balade en me promettant un peu plus loin de sonner la cloche du réveil …

© LNK

Posté par liberte2 à 18:12 - Mes écrits - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 juin 2010

L'étoile Sévillane...

- Mais que faites-vous avec votre appareil photo ? Nous ne sommes absolument pas prêtes pour les photographes ! Le spectacle doit commencer que dans deux heures et nous faisons des essais lumière.

- Mademoiselle ! Je ne sais qui vous a permis de venir jusqu’ici, je vais de ce pas informer la sécurité si vous ne disparaissez pas au plus vite ! Nos cœurs ne sont pas complètement maquillés, la surprise doit être complète jusqu’aux premières notes de musique.

- Pardonnez-moi Mesdames … malgré les apparences je ne suis qu’un photographe amateur, une admiratrice de la première heure, une fan inconditionnelle de flamenco ! Les couleurs de vos costumes m’ont attirée au loin comme des aimants, vous êtes fantastiques !

_c__LNK_mai_2010_Gazania_rouge_orang__2

Sur ces mots, les impétueuses et fières Sévillanes gonflent leurs pétales d’orgueil et de joie, leur cœur se couvre d’un rougissement assorti à leurs habits de scène.
 
C’est alors qu’apparaît la meneuse du spectacle, la plus belle des étoiles. Scintillante, resplendissante, époustouflante ! D’un geste gracieux et d’une voix à la fois douce et autoritaire, elle dit :
 
- Ne peut-on faire une exception ? Cette jeune femme m’a l’air charmante et je ne veux pas qu’elle conserve une mauvaise image de l’Espagne, le flamenco, la troupe et ce spectacle.
 
Mademoiselle ! Je vous autorise à me prendre sous mon meilleur profil !

C’est ainsi que cette fleur au caractère de feu, restera gravée sur le cahier de mes plus beaux souvenirs…

© LNK 


14 juin 2010

Polo, Flora & les autres...

- Hé ! Psitt, Polo ! Tu peux sortir de ta planque, il n’y a personne !

_c_LNK_mai_2010_all_e_iris

- Je ne comprends pas pourquoi il a peur comme ça ? Ce n’est pourtant pas un jeunot le Polo ?

- Il m’a raconté sa mésaventure. Alors qu’il était bien tranquille à la fraîcheur du soir à conter fleurette à sa petite amie, tous deux ont entendu au loin le tintement de la sonnette d’entrée. Jusque là rien d’anormal. Plus tard, les visiteurs sont arrivés près d’eux. Après les avoir longuement observés, touchés, respirés sous tous les angles, tels des judas, ces énergumènes ont fini par couper la tige de Flora et de plusieurs de leurs voisins !

- Ooooh… ceci explique mieux ses tremblements incontrôlables !

- Non les amis, je ne sortirai pas de mon abri tant que je n’aurai pas constaté de mes propres pétales que le danger est loin.

_c_LNK_mai_2010_IRIS_cach_

S_parateur

Il est bien dommage de ne pas laisser vivre en paix les gens sur leur espace de naissance et de vie… pourquoi vouloir à tout prix les arracher de leurs racines ?

© LNK

Posté par liberte2 à 18:10 - Mes écrits - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juin 2010

Les pivoines au sang bleu...

Si la rose est une des fleurs que j’aime, la pivoine a toujours eu ma préférence. Déjà parce qu’elle a un sacré caractère, un peu comme le mien. Mais aussi parce que la « belle » laisse partager ses couleurs lorsqu’elle le désire et non par obligation… son parfum peut être plus entêtant que certaines roses.

Celles que je vous présente aujourd’hui, étaient ce jour-là en train de faire la conversation avec la « cour » d’œillets qu’elles avaient à leurs pieds. Pas très contentes que ses petits protégés puissent faire de l’ombre à leur parfum envoûtant, ces princesses au sang bleu expliquaient gentiment mais sûrement qu’il fallait se faire plus discret !

Une fois le calme revenu, ces dames pivoines plutôt coquettes dans leur robe d’apparat, ont accepté avec fierté que je les prenne en photo, sous leur plus beau profil, cela va de soi…

_c__LNK_mai_2010_pivoine_1

Posté par liberte2 à 18:05 - Mes écrits - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 juin 2010

En attendant le retour de Paul, Virginie rêve...

Lascive, adossée au mur de sa chambre, la belle prend le soleil attendant le retour de son chevalier parti vers des contrées lointaines.

_c__LNK_mai_2010_Statuette_

A-t-il pensé à moi ? Se demande Virginie mélancolique. Peu importe, les mots ont été dit juste avant...

La nature elle, ne bouge pas de place, elle sait si bien me rassurer et m’apaiser.

Germain, mon jardinier, ira tantôt planter ce rosier dont je suis si fière, Paul me l’a offert lors de son départ. Il porte en lui des milliers de cœurs battant à l’unisson, me rappelant chaque jour notre amour.

_c__LNK_mai_2010_rosier_

Mais quel est donc ce chant mélodieux ?


© LNK

31 mai 2010

Une fleur blanche pas comme les autres...

Ils pensent tous que je suis simple d’esprit sous prétexte que ma robe est de couleur blanche et virginale.

Loin d’être idiote, j’ai compris au fil du temps bien plus de choses qu’ils ne l’imaginent. Même les fleurs qui m’entourent et qui sont proches disent en souriant au dos de mes pétales :

- La « pauvrette », je la plains, vraiment trop naïve la petite !

Ce qu’ils ne savent pas, c’est que je les observe tous en profondeur depuis longtemps. J’arrive exactement à ressentir leurs sentiments et émotions diverses, bonnes ou mauvaises, au rythme de leur vie, au rythme de leur cœur, au gré de leurs pensées même les plus intimes.

Les plus à plaindre ne sont pas les plus fragiles, mais bien celles et ceux qui ont la carrure et la grandeur d’une intelligence dite supérieure. Ouvrir plus grand et plus fort leurs antennes seraient dans leur vie un véritable électrochoc. Ils se rendraient compte alors de leur reflet.

Je connais mes faiblesses, connaissez-vous les vôtres ?

© LNK

Posté par liberte2 à 11:28 - Mes écrits - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 mai 2010

Un coquillage à la recherche de la mer...

Une étrange histoire celle de ce coquillage.

Arrivé à l’intérieur des terres alors qu’il est un enfant de la mer, le voilà incrusté dans la pierre.

Comment vais-je retrouver mes frères ? Je suis vieux de trois milliards d’années ! J’ai entendu dire qu’il fallait orienter mes recherches en suivant les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle.

Faudrait-il que je parte en Espagne ?

Finalement, je crois que ce lieu me plaît bien. J’ai attendu tant de temps que quelqu’un  de ma famille vienne à ma rencontre, pourquoi partir ?

Autant continué à dormir…

© LNK

Posté par liberte2 à 19:37 - Mes écrits - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,